Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /














BÉNÉDICTE ET GRÉGOIRE HUBAU
Ou, comment une informaticienne qui rencontre un homme de la grande plaine, se retrouve dans un jardin, sur un  grand terroir du Bordelais : à  FRONSAC.

C’était en 1988, après trois ans de recherche d’un vignoble de qualité, ayant un terroir de caractère.
Vous savez, le caractère qui donne toute l’expression d’un grand terroir !

Visites, rencontres et recherche avec Luc et Annick THIENPONT et tant d’autres expatriés nous conduisent à MOULIN PEY-LABRIE.

Notre arrivée : Trois jours avant les vendanges, la formation se fait donc en direct, sur et dans les cuves avec Michel ROLLAND qui vient goûter tous les soirs pour guider nos pas.

De cette nouvelle aventure naît notre premier millésime : 1988…
Puis Camille en 1990, Louis en 1991 et Martin en 1997.

Notre philosophie : exprimer le terroir par rapport aux millésimes, avec le plus de finesse, d’élégance et d’équilibre, pour que la bouteille ne soit que plaisir.
 



LES VIGNOBLES

 Après la mise en route sur les 6,75 hectares de Moulin Pey-Labrie, nous avons repris deux autres petits vignobles : Haut-Lariveau  4,50 ha et les Combes Canon  3,50 ha qui forment aujourd’hui une seconde propriété.

Les 15 ha sont sur les coteaux de Fronsac, en AOC Fronsac et Canon-Fronsac ( à la porte de Libourne).

CHATEAU MOULIN PEY-LABRIE :

6,75 hectares
A flanc de coteaux argilo-calcaires sur molasse.
Encépagement :  98% merlot  et  2% malbec.
 
CHATEAU HAUT LARIVEAU :
8 hectares
Deux types de sol :
- une combe argilo-calcaire
- un plateau argilo-graveleux

Encépagement :  100% merlot.
 


LES VIGNES
 Le merlot est roi dans ces terroirs argilo-calcaires où la minéralité des sols permet aux vins d’exprimer fraîcheur, fruit intense et élégance ; clef du plaisir.

La densité de plantation varie de 6000 à 7000 pieds à l’hectare.
Fronsac jouit d’un « micro-climat méditeranéen »
 
LA NAISSANCE DU VIN

Le bon vin ne se fait pas au cuvier mais dans les vignes.
Pour faire un bon vin, il faut de beaux raisins, sains et mûrs, venant d’un vignoble qui se sent bien sur son terroir.
La conduite culturale de la vigne est raisonnée :
- Une taille courte pour la maîtrise des rendements.
- Un enherbement et un travail du sol par sous-solage, pour une bonne aération des terres et un développement optimal des micro-organismes du milieu, qui aide le sol à nourrir la vigne.
Les vendanges sont manuelles. Les raisins vendangés en caisses passent sur des tables de tri en grappes et en grains, avant de finir dans de petites cuves.
Les vinifications sont parcellaires, pour une sélection rigoureuse et une expression optimale de chaque parcelle.
Les fermentations sont conduites en douceur, afin de respecter l’élégance du vin à venir qui est élevé en barriques, durant 16 à 18 mois jusqu’à la mise en bouteilles.

 
L’avis de Luc :
Bordeaux beaucoup trop absent de la notion de vin nature à mon sens. La taille des exploitations, la taille des enjeux financiers qui en découlent font que la plupart d’entre elles ne souhaitent pas prendre les risques d’une conduite en bio tant à la vigne qu’ à la cave.
Il y a bien sûr des exceptions : Pontet-Canet,Champs de Treilles, Cornélis…
Parmi elles nous avons ici avec Moulin Pey-Labrie, un joli travail de merlot qui à belle maturité et après quelques années de vieillissement nous apporte de beaux arômes de fruits noirs de sous-bois voir de truffe noire,le tout dans une texture ronde et veloutée.

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : EDITION 2017 DE VINS NATURE EN NORD
  • EDITION 2017 DE VINS NATURE EN NORD
  • Contact

Recherche

Liens