Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
Le Domaine
Depuis 1805, le domaine Plageoles produit du vin de Gaillac issu de cépages locaux tels que le Mauzac ou l'Ondenc pour les vins blancs ou le Duras et le Braucol pour les vins rouges.
Profondément attachés à la région productrice bi-millénaire de la vigne, les successions des Plageoles ont sans cesse amélioré et maintenu ce merveilleux métier de vigneron.
 
Six générations ont peaufiné le domaine et l'ont agrandi : Jules, Francois, Emile, Marcel, Robert et Bernard.
Le domaine Plageoles est exploité depuis 1805. Le phylloxéra n'a fait que l'effleurer. Ses sols argilo-calcaire profonds ont résisté aux effets dévastateurs de la terrible maladie de la vigne.
Il se compose aujourd'hui de deux exploitations : le domaine des Très Cantous, sur la commune de Cahuzac sur Vère, propriété familiale et le domaine de Roucou-Cantemerle, sur la commune de Castelnau de Montmiral.
Nous revendiquons des vins de terroir. Toutes nos plantations sont effectuées après une sélection massale rigoureuse.
 Tous ces vins sont élaborés selon les principes respectueux du terroir et selon des techniques de cultures naturelles : pas d'engrais chimique, pas de produits désherbants, pas de produits de synthèse, pas de levures sèches, pas de chaptalisation...
 
Depuis 20 ans maintenant, nous appliquons la méthode « Cousinié » qui est essentiellement basée sur la nutrition des plantes : apports d’oligo-éléments soit foliaires, soit par le sol en engrais organique après analyse du sol, du feuillage et des baies…

Toutes nos vignes sont conduites en taille « gobelet » (non palissées), taille traditionnelle du gaillacois qui tend malheureusement à disparaître du fait de l’utilisation de la machine à vendanger.
Cette taille est très adaptée aux conditions climatiques et notamment au réchauffement que nous observons depuis quelques années.










LES VINS

Vingt trois hectares de vignes produisant des blancs et des rouges Aoc dont 16 Ha de vignes blanches et 7 Ha de vignes rouges constituent l'ensemble des deux exploitations : Très Cantous, à Cahuzac sur Vère et Roucou Cantemerle à Castelnau de Montmiral
Délibérément tournés vers les cépages historiques du vignoble de Gaillac, nous nous sommes dotés depuis bientôt vingt ans d'un conservatoire ampélographique.
 Les quatorze cépages historiques du Gaillacois (en comptant parmi eux les 7 de la famille Mauzac !) constituent une réserve unique et nous permettent de produire des vins oubliés ou perdu depuis plusieurs siècles. Parmi eux, le vin de Voile, l'Ondenc, le vin d'Autan, le Mauzac Nature (authentique méthode gaillacoise), le Mauzac Noir, le Prunelart, le Verdanel et bientôt le Mauzac côte de melon...

L’avis de Luc :
Magnifique gamme très étendue et très homogène.Le Mauzac nature est une illustration précise de ce que donne une grappe de raisin à croquer.L’Ondenc est d’une droiture sans faille,la Muscadelle déborde de fruit,Caprice d’Autan séduira volontiers ceux qui ont parfois du mal avec les liquoreux par sa fraîcheur,quant au Vin D’Autan il est fait pour être siroté tout en refaisant le monde.Ces deux derniers font partie des plus grands parmi tout ce qui se fait de beau dans ce monde riche des liquoreux.
Mon analyse ne serait pas complète sans mentionner le superbe Prunelard qui surprend par son toucher velouté de bouche et la profondeur de son fruit certainement en rapport avec une recherche de parfaite maturité complètement maîtrisée.

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Armentieres/actualite/Secteur_Armentieres/2010/07/29/article_le-chapellois-eric-dugardin-initie-les-a.shtml

Le Chapellois Éric Dugardin initie les amateurs aux plaisirs oenologiques

  • Actualité Armentières

·       Le Chapellois Éric Dugardin initie les amateurs aux plaisirs oenologiques

·       jeudi 29.07.2010, 05:01 - PAR SARAH NUYTEN

Aux côtés d'Éric, les amateurs apprendront par exemple que la forme d'un verre a son importance...

·       | LE VISAGE DE L'ACTUALITÉ |

·       Apprendre à déguster un vin, à en décoder arômes, pour mieux le savourer ? Acquérir la méthodologie et le vocabulaire de base de l'oenologie ? C'est ce qu'Éric Dugardin, Chapellois et sommelier professionnel, propose aux particuliers. Rencontre.

·       « Quand on a 16 ou 17 ans, ce n'est pas facile d'être à l'aise avec les autres. À cette époque, je me suis rendu compte que quand on parlait de cuisine, de vins ou de restaurant, tout le monde participait, se sentait concerné... C'est ça aussi qui m'a attiré. » Travailler dans le domaine du vin... pour pallier sa timidité ? « Il y a un peu de ça... », reconnaît Éric Dugardin avec un petit sourire gêné. À 48 ans, il reste d'un tempérament réservé, malgré une vie professionnelle tournée vers les autres.
Après douze ans de sommellerie, aujourd'hui, il transmet. Aux jeunes qui, comme lui, il y a une trentaine d'années, suivent des cours à l'école hôtelière.

·       Aux particuliers aussi, au travers de stages organisés au sein de clubs d'oenologie, d'associations, de comités d'entreprises... Et aux amateurs lambda, novices ou éclairés. « Les cours à l'école hôtelière représentent 80 % de mon activité. Je consacre le reste de mon temps à l'initiation oenologique, dont la demande augmente sans cesse. Ce que je faisais hier en salle de restaurant, j'essaye aujourd'hui de l'enseigner », explique d'une voix posé ce sommelier professionnel, qui a côtoyé les plus grands restaurants lillois, du « Restaurant », place Sébastopol - devenu aujourd'hui « Le Sébastopol » - à « la Laiterie » à Lambersart.

·       Comprendre les appellations, les cépages, distinguer les arômes, savoir accorder la boisson avec le plat... Voilà grossièrement en quoi les stages consistent.

·       On y apprend par exemple que la couleur d'une pièce joue sur l'appréciation d'un vin. « Une déco jaune fera ressortir les sels minéraux de la boisson, tandis qu'une couleur rouge dominante donnera l'impression que le vin est chargé en alcool... », explique Éric, en servant un verre de jus de fruits litchi-raisin. « Regardez ici, il ne manque que la rose, et vous avez les arômes du Gewurztraminer d'Alsace ! »Ses yeux, d'un bleu métallique, sont rieurs.

·       Éric est dans son élément. Inlassable et bavard. Il explique que « sans culture vinicole et oenologique, il n'y a pas de gastronomie française ». Et parle des « accords mets et vins » comme d'autres évoquent ceux de Yalta ou de Genève.

·       Avec beaucoup, beaucoup de sérieux. Un sérieux qui se transforme en gravité, lorsqu'on lui demande quel est son vin préféré. Dix minutes de réflexion intense plus tard : « Le Grands-Échezeaux. Mais c'est vraiment parce que je suis obligé de choisir. » •

·       Stage d'initiation oenologique en 3 h, 12 h ou 18 h. &03 20 37 48 73 ou 06 60 69 54 21. http://www.gout-et-vin.com




Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : EDITION 2017 DE VINS NATURE EN NORD
  • EDITION 2017 DE VINS NATURE EN NORD
  • Contact

Recherche

Liens